Interview de Louis Bernard

La crise des missiles de Cuba appartient maintenant à l’histoire. En quoi les leçons de la gestion de cette crise sont elles plus que jamais actuelles ?

 

-          Une grande partie des comportements innovants développés à cette occasion ont une immense résonnance actuelle. S’ils étaient innovants en 1962, les concepts développés sont toujours enseignés aujourd’hui. Prenons un exemple : Abolir la hiérarchie dans ce type d’instance est extrêmement rare à ce niveau de responsabilités et c’est un des éléments qui a permis à l’époque de débloquer la situation. Beaucoup de gens se ressemblent trop dans de pareils cas de figure (âge, cursus,…) et ont tendance à réagir de la même manière. Encore aujourd’hui, cette mixité des âges, des cultures  n’est pas toujours pratiquée.

 

Quel est l’apport original de l’ouvrage que vous nous présentez ?

 

-          Nous aurions pu faire un nième livre sur la gestion de crise. Ce qui nous a paru novateur est le système décalage/recalage consistant à prendre un exemple (décalage) dans l’histoire contemporaine et à le mettre en regard avec nos définitions (recalage). Il s’agit de s’inspirer d’un évènement historique majeur pour donner des conseils opérationnels et pratiques, applicables aujourd’hui.

 

Contient-elle, à des degrés divers, la totalité des concepts de gestion de crise ?

 

-          Sur le moment elle les a presque tous compris, sauf la main courante de crise qui va permettre l’apprentissage, le retour d’expérience, le débriefing. Cet élément a néanmoins été produit par la publication postérieure du livre de Bob Kennedy. Ce livre fait apparaitre un rôle légèrement différent de celui qui a été livré par les enregistrements lorsqu’ils ont été déclassifiés, d’où l’intérêt d’une main courante tenue simultanément. Si cette crise avait été un échec, tout le monde aurait réécrit son rôle…

 

Votre ouvrage se présente comme un livre à plusieurs entrées, ce qui en rend la lecture particulièrement aisée. A qui s’adresse-t-il et quel profit les lecteurs peuvent-ils en retirer ?

 

 

-          Ce livre s’adresse plus spécialement aux managers, dirigeants, hommes politiques, leaders associatifs (sports, syndicats, ONG…) qui auront la charge de mener une équipe dans des moments difficiles. Il insiste sur les comportements qui permettront de gérer/surmonter plus facilement une crise en se disant que si l’équipe de 1962 a réussi à la démêler, cela peut permettre d’adapter leur expérience aux situations auxquelles le lecteur peut être confronté.